9 Flares 9 Flares ×

J’ai mal aux mollets depuis trois jours et descendre les escaliers est un exercice aussi difficile que comique. Pourquoi ? Parce qu’il y a quelques jours, nous avons décidé de marcher sur les pentes du fameux Cañón del Colca au Pérou, une merveille naturelle, deux fois plus profond que le Grand Canyon aux États-Unis. La descente m’a permis de découvrir des muscles dans mes jambes dans j’ignorais l’existence, et ce fût une expérience de voyage dont je me souviendrai longtemps même après la disparition de la douleur.

Nous avons commencé la descente dans le canyon très tôt pour éviter la chaleur de l’après-midi. Après le petit-déjeuner, Lee, moi et nos amis Sandi et Donn des États-Unis, avons abandonné la petite ville de montagne pour commencer notre excursion.

Nous avions décidé de descendre dans le canyon sans guide mais nous en avons finalement trouvé un gratuit : un petit chien blond ébouriffé qui dormait dans la rue devant notre hôtel. Après avoir reçu quelques démonstrations d’affection et quelques caresses sur la tête, il ne s’est plus éloigné de nous. Ce fût une agréable compagnie tout au long de notre marche, et nous l’avons nommé Diego.

canyon du Colca

Le chemin était, pour commencer, très rocheux, comme si on était dans le lit d’une rivière sèche avec de grosses roches. Au bout de peu de temps, il est devenu plus plat et nous a offert une vue magnifique avant de commencer la vraie descente.

Nous avons choisi le chemin le plus escarpé pour descendre dans le canyon, parce que l’autre, plus plat, est cependant beaucoup plus long. Lee, Sandi, Donn, Diego et moi avons passé les heures suivantes à marcher en zigzag, regardant nos pieds entre les rochers et nous étonnant parfois de la profondeur du canyon autour de nous.

Diego semblait habitué à marcher dans le canyon et nous attendait à l’ombre jusqu’à ce qu’on le rejoigne. Alors que nous descendions, le soleil s’est installé et l’air est devenu plus chaud, nous avons commencé à suer à grosses gouttes. Si tu veux faire cette marche, emmène beaucoup d’eau. C’est lourd à porter au début mais tu seras content d’en avoir quand tu seras rendu à mi-chemin.

Alors que nous descendions toujours plus, la végétation et la couleur des roches ont commencé à changer. Mes oreilles se sont bouchées une ou deux fois et j’ai commencé à mieux respirer à une altitude plus basse. On pouvait voir l’oasis au pied du canyon, notre destination finale. Ses piscines bleues étaient visibles même alors que nous nous trouvions à des centaines de mètres, nous appelant tout au long de notre promenade.

canyon du Colca - Perou

La dernière heure de marche a été la plus difficile, nos jambes ont commencé à nous faire souffrir et le fond du canyon semblait à la fois proche et lointain. Nous nous concentrions sur notre marche, nous efforçant de mettre un pied devant l’autre, en pensant aux boissons glacées que nous boirions à l’arrivée.

Arrivée au bout du canyon

Après avoir marché sur des sentiers arides au milieu des cactus, la vue de l’oasis, au fond du canyon est choquante. Je me suis installée dans un hamac et j’aurais pu y rester pendant des heures mais il y avait encore bien plus à découvrir.

En essayant de nous rendre à la rivière, on a fait un détour et Diego a trouvé un avocat mûr sur le sol. Nous avons rapidement trouvé la provenance du fruit et nous nous sommes donc arrêtés pour un petit gouter revigorant.

voyage - canyon du Colca

Finalement nous avons trouvé le chemin jusqu’à la rivière et nous y sommes restés un bon moment, à grimper sur les rochers et jeter des pierres dans l’eau.

La nuit tombe vite quand tu te retrouves au fond du canyon le plus profond du monde et, ainsi, après le dîner et quelques bières, nous nous sommes couchés tôt, fatigués par cette journée d’aventure. Nous avions besoin de dormir tôt de toute manière… nous devions nous lever à 6 heures du matin pour remonter avec les mules jusqu’en haut du canyon si nous ne voulions pas essayer de remonter à pied avec nos jambes endolories. En plus, nous n’étions jamais montés à dos de mule. Ça allait donc être notre première fois !

diego-perou

Trajet à dos de mule dans le canyon

Sur le dos de ces animaux, quelque peu inconfortables, nous avons beaucoup ri pendant que les mules montaient sur le chemin. Remonter le canyon à dos de mule est beaucoup plus agréable que de le remonter à pied mais c’est aussi assez stressant quand les mules marchent au bord du ravin.

Ma mule, qui s’appelait Pacho, manquait fortement de motivation. Les autres mules étaient motivées par notre guide qui, à l’occasion, leur jetait des pierres sur le derrière (aïe !) mais Pacho restait derrière le guide et s’arrêtait à chaque instant. Je devais lui mettre des coups de talon et l’encourager pour qu’elle avance sur le chemin escarpé, pour ne pas rester en arrière.

J’étais un peu inquiète pour notre compagnon de route, Diego, et me demandais s’il pourrait rentrer par ce chemin. Pourrait-il suivre les mules ? Il nous a suivis un moment mais je l’ai ensuite perdu de vue. J’étais surprise de voir à quel point je m’étais attachée à Diego. Je l’ai pris dans mes bras à la rivière, lui ai donné les restes de mon dîner et je l’ai laissé dormir dans notre chambre. Il était devenu mon animal de compagnie. Je ne voulais pas le perdre et je regardais à travers la végétation du canyon dans l’espoir de voir sa queue dorée encore une fois.

J’ai finalement réussi. Depuis ma position à la fin du groupe, je l’ai vu qui marchait quelques mètres derrière, la langue pendante. Il m’a regardé et je l’ai appelé, lui promettant de lui donner à manger s’il arrivait en haut. «Viens Diego, tu peux le faire ! » Il a réagi au son de ma voix et a continué à grimper.

canyon du Colca - perou voyage

Quand nous sommes arrivés en haut et que nous sommes descendus des mules, Diego était si loin que je ne pouvais plus le voir. Pendant quelques minutes, Lee et moi avons regardé vers le canyon et soudain, nous avons aperçu notre ami à poils un peu plus bas. Nous l’avons appelé et il a couru sur les derniers mètres de la montée. Il a bondi les derniers mètres et a couru vers moi. C’était comme une scène triste de Homeward Bound. Je lui ai donné du pain et du fromage que je portais dans mon sac à dos, et j’étais très heureuse de le voir à nouveau.

Les jambes tremblantes, nous sommes arrivés à l’hôtel pour le petit-déjeuner. Nous n’avons passé que 24 heures dans le canyon, mais si tu peux, je te conseillerais d’y passer plus de temps. Le Cañón del Colca (canyon du Colca) est une des merveilles naturelles les plus belles que j’ai eu le plaisir de découvrir et même si j’ai mal aux mollets, ça valait la peine !

Traduit et adapté de Global Goose par l’équipe de Cordilleras Travel, agence de tourisme au Pérou.

9 Flares Twitter 8 Facebook 0 Google+ 1 Email -- 9 Flares ×
9 Flares Twitter 8 Facebook 0 Google+ 1 Email -- 9 Flares ×